toute la chine, histoire, g�ographie et actualit� de la Chine, frises chronologiques, bibliographie, notes biographiques, �v�nements historiques, muraille de chine
chine          
Histoire .  Geographie .  Cinema (+) .  (Revue de Presse) .  Forum .  Contacts                                      



NEWSLETTER Votre e-mail  
 Interviews

Accueil > Interviews

Entretien avec Anne Garrigue, journaliste-crivain depuis 12 ans en Asie
Journaliste crivain installe en Chine, Anne Garrigue occupe aujourd'hui les fonctions de rdactrice en chef du magazine Connexions. Elle nous a accord une interview exclusive.
28/05/2007



crdits : Nicolas Jucha




Prsente en Asie depuis plus d'une dcennie, Anne Garrigue est une spcialiste de l'Extrme Orient et en particulier du Japon, thme de plusieurs de ses ouvrages. Rdactrice en chef de Connexions, le magazine de la Chambre de Commerce et d'Industrie franaise en Chine,elle nous a accueilli dans son logement Pkin pour parler de son travail, de Connexions, mais galement de son exprience de la Chine.

1) TLC : Bonjour Anne, pouvez-vous vous prsenter aux lecteurs de Toute la Chine ?

Je m'appelle Anne Garrigue et je suis journaliste-crivain. Cela fait plus de douze ans que je vis en Asie : huit ans au Japon, trois ans en Core du sud, et maintenant deux ans en Chine. J'ai choisi de venir puis de revenir en Asie o mon mari a exerc dans diffrents pays les fonctions de Ministre Conseiller pour les Affaires Economiques de l'Ambassade de France., par got et par intrt personnels. Je suis devenue avec le temps une vraie mordue d'Asie. J'ai une formation initiale de journaliste ( Science Po et CFJ). J'ai d'abord travaill dans la grande presse au Japon et en France. Depuis une quinzaine d'annes, j'cris plutt des livres ou des articles pour des magazines. J'enseigne aussi Science-Po Paris, Audencia , une cole de commerce de Nantes, et Eurasiam , une nouvelle cole qui s'est monte Paris sur le Japon. Les thmes qui me tiennent coeur sont la culture et la socit japonaises et le mtissage culturel.

J'aime normment le Japon dont je parle la langue. J'ai d'ailleurs publi plusieurs livres sur la socit japonaise dont une enqute sur les femmes japonaises, intitule Japonaises, la rvolution douce, et publie chez Philippe Picquier. Cette enqute a t traduite par un diteur japonais. Mon avant dernier livre L'Asie en nous est consacr l'impact des cultures asiatiques sur notre socit franaise.

Quant la Chine, o je suis arrive il y a un peu moins de deux ans, je l'observe avec grand intrt notamment en prenant en charge, avec d'autres, et comme je l'avais fait lors de mon sjour en Core du Sud, le magazine de la Chambre de Commerce et d'industrie franaise

2) TLC : Pouvez vous nous prsenter ce magazine Connexions ?

C'est un bimestriel, qui prsente la Chine, vue de Chine et met en valeur les connaissances et les savoirs faire des hommes d'affaires qui sont sur le terrain: Qu'est-ce que savent faire les entreprises franaises ? Qu'est-ce qu'elles savent de la Chine ? Qu'est ce qu'elles ont dire sur la Chine ?. Nous donnons aussi la parole de nombreux Chinois, experts ou non, dans tous les domaines, et des chercheurs, des diplomates... Nous parlons aussi de la socit en gnral, de la culture, des livres. Nous nous efforons de mettre en valeur le travail et le point de vue des Franais sur la Chine.

Tous les deux mois, nous consacrons une partie importante un dossier thmatique tel que les nouveaux consommateurs chinois, les ressources humaines en Chine, Pkin, 1976-2006, bouleversements et permanences, La recherche-dveloppement en Chine ou mme Le sport en Chine. Nous prparons actuellement un dossier sur l'nergie et un autre sur le luxe. Notre rdaction est base Pkin, Shangha et, dans une moindre mesure, Canton. L'important pour nous est de faire quelque chose qui sonne chinois, parle de la Chine en offrant une connaissance de ce pays venant de quatre grandes sources : entreprises, diplomates, journalistes et chercheurs. Nous cherchons crire de faon sympathique et journalistique la fois, avec beaucoup d'illustrations.

Nous avons des accords avec une agence de photographies, nous avons mme une jeune photographe professionnelle Anne Douard et une quipe de jeunes journalistes trs comptents. Notre magazine est bilingue, deux tiers franais, un tiers chinois. Actuellement nous rflchissons la faon de mieux prsenter la partie chinoise mme si notre public est d'abord principalement francophone l'heure actuelle.

Au dpart, notre journal n'tait diffus qu'en Chine, via les membres de la Chambre de commerce franaise en Chine qui le recevaient automatiquement. Il est en vente aujourd'hui dans la librairie du centre culturel franais Pkin. Il est aussi diffus en France , via le rseau des Chambres de commerce et Ubifrance. L'objectif terme est de mieux le faire connatre et de le diffuser au maximum auprs du grand public franais qui s'intresse la Chine.

3) TLC : Qui s'occupe du magazine ?

Une commission de membres volontaires au sein de la Chambre, se runit tous les mois pour orienter le destin du journal. Cette Commission est dirige par Rmi Paul, de Pudong Water A l'origine du journal , se trouve Florence Gomez, la directrice actuelle de la Chambre qui a voulu crer Connexions, ds son entre en fonction. Je collabore rgulirement avec la Chambre sous sa direction et celle de Juliette Yanitch. Agathe Allain, responsable des publications est l'indispensable cheville ouvrire du dispositif .

4) TLC : Pourquoi publiez-vous galement des articles en chinois ?

Etant en Chine, notre mission est de mieux faire connatre les socits franaises aux Chinois, notamment aux leaders d'opinion. Nous ne traduisons pas tout. Nous choisissons des articles qui permettent de mieux faire connatre la position de la France en gnral ou celles des entreprises franaises. Cela permet nos lecteurs chinois de pouvoir en dchiffrer quelques aspects.

5) TLC : Quelle type d'quipe participe au contenu de Connexions ? Un effectif fixe ?

Nous nous sommes entours d'une bonne quipe de collaborateurs rguliers de qualit, journalistes professionnels Nous sommes ouverts aux comptences. A chaque numro, nous runissons un comit de rdaction qui porte essentiellement sur le dossier. Outre les collaborateurs habituels, nous invitons pour chaque dossier des experts, hommes d'affaires ou d'Ambassade, chercheurs concerns par la thmatique. Ils nous apportent de l'information et des analyses. Nous voulons tout prix viter d'tre superficiel. Ce qui nous interesse : faire un travail de fond que nos lecteurs puisse conserver en archives.

6) TLC : La force de votre magazine ne rside-t-elle pas dans ce large rseau de relations ?

Compltement, nous pouvons puiser des informations prcises auprs de gens qui connaissent trs bien la Chine et nous entretenons de bonnes relations avec les experts chinois qui acceptent volontiers de nous parler car nous reprsentons la Chambre de commerce franaise en Chine.

7) TLC : Que pensez-vous des informations sur la Chine actuellement disponibles dans les mdias franais ?

Je suis frappe la fois par la masse d'informations sur la Chine et par son ct encore trop superficiel parfois. Il n'est pas vident d'avoir des informations prcises et concrtes, une image qui ne soit ni caricaturale... ni trop institutionnelle. Cela se dveloppe nanmoins avec de nombreux sites sur la Chine qui donnent, au jour le jour, beaucoup d'informations. En tant que journaliste depuis vingt ans en Asie, j'ai pu noter la monte prodigieuse de l'intrt pour l'Asie et pour la Chine en France.

L'approche est de plus en plus mre . Dans le cadre de cet approfondissement, pour les tudiants d'coles de commerce, de Science-po ou d'autres institutions qui s'intressent la Chine ou au Japon, et qui en apprennent les langues, il est important d'avoir une information de plus en plus subtile, concrte et proche du terrain.

8) TLC : Par rapport votre contenu, avez-vous des concurrents ?

Non, nous sommes un journal de Chambre fait de Chine, et nous n'avons pas d'quivalent franais actuellement. Cela tant. il y a de la place pour toute le monde sur la Chine, notamment pour amliorer le contenu de nos relations avec ce grand pays, tre plus vigilant sur ce qui se passe dans ce pays.

9)TLC : Y a t-il des quivalents franais de Connexions dans d'autres pays que la Chine ?

Le journal de la Chambre de commerce de la France au Japon , France Japon Echo, qui existe depuis plus de dix ans, est une rfrence en la matire. J'avais fond Core Affaires, le journal de la Chambre de commerce franaise en Core du Sud qui a heureusement continu sur sa lance. La plupart des Chambres de commerce ont un magazine . dont la qualit dpend des bonnes volonts disponibles.

10) TLC : Quels sont les objectifs du magazine en termes de contenu ?

Nous voulons dvelopper la convivialit et la qualit, mais aussi la prsentation du magazine, le rendre plus professionnel et agrable lire. Cela permettrait d'en assurer une diffusion plus large.

11) TLC : Avez-vous des anecdotes partager sur votre collaboration avec Connexions ?

La rdaction du numro sur La Chine 1976-2006 comporte beaucoup d'anecdotes puisque c'est une srie de portraits. On a ralis beaucoup d'interviews de Franais qui taient en Chine en 1976, et qui y sont encore aujourd'hui. Nous avons notamment pu relater une histoire exceptionnelle, celle d'Odile Pierquin, professeur de chinois au Lyce franais de Pkin, et qui a t la premire trangre pouser un Chinois depuis la Rvolution Culturelle. Notre journal a un ct local puisqu'on y parle des gens qui reprsentent la France en Chine. Derrire les russites conomiques, il y a des visages et il faut les montrer.

12) TLC : Sur le plan personnel, quels types de sujets prfrez-vous aborder dans Connexions ?

Personnellepent, je m'interesse tout : la recherche et le dveloppement sont un dbat important, le sport un sujet palpitant. En interrogeant par exemple le vice-prsident du Comit International Olympique, ancien traducteur de Mao, j'ai mieux compris le climat qui rgnait en Chine dans les annes 50, les mentalits de l'poque. Je ne privilgie pas le culturel ou l'conomique. Tout me parat li. Le plus important, c'est de pouvoir tmoigner du dynamisme des gens qui travaillent en Chine. Globalement, les Franais qui sont l en veulent. Ils ne viennent pas en Chine par hasard. Il y a donc beaucoup d'histoires raconter. La Chine, c'est l'endroit o les plus dbrouillards se dbrouillent...

13) TLC : Essayez-vous, travers votre sjour sur place, de vous imprgner de la culture chinoise ?

Bien sr. Cela passe d'abord par la langue. C'est une exigence que je m'impose . Au Japon, j'avais appris le japonais. En Chine je me suis mise au chinois. Je n'imagine pas d'tre en Chine sans parler la langue . j'ai trop besoin de bavarder avec mon voisin . En ce qui concerne les activits artistiques comme la peinture , l'encre ou physiques comme les arts martiaux, j'ai beaucoup pratiqu cela, tant plus jeune. Je suis mme devenue ?.professeur de Yoga. En arrivant ici, je me suis intresse au Tai Ji Quan mais j'y ai renonc car je ne me sentais pas prte apprendre partir de zro un nouvel art martial.

A bientt pour de nouvelles interviews sur Toute la Chine.

Nicolas Jucha

   




Lire les autres brves

 

toutelachine.com : histoire de la chine,  gographie  actualit  livres  musique en chine,  cinma chinois  forum sur la chine  mailing-list  presse  contacts  english